Liban

Information basée sur le rapport 2012 du Secrétaire général au Conseil de sécurité (A/67/845–S/2013/245) publié 15 mai 2013.

L’ONU a signalé des cas de violations graves contre des enfants découlant de heurts entre des groupes armés au Liban et des hostilités le long des frontières. Pendant la période considérée, le niveau et la portée des violences armées touchant des enfants ont augmenté, en particulier à cause des retombées du conflit syrien au Liban. L’ONU a documenté 24 cas de violations contre des enfants, pour l’essentiel des meurtres et des mutilations, contre 11 en 2011. Les régions les plus touchées sont les zones frontalières entre le Liban et la République arabe syrienne dans le nord et la vallée de la Bekaa, outre la région de Tripoli et ses alentours.

L’ONU a reçu des informations sur la participation d’enfants à des affrontements armés entre des groupes politiques rivaux au Liban. En juin 2012, par exemple, quatre garçons âgés de 15 à 17 ans ont été arrêtés parce qu’ils avaient participé à une manifestation contre les forces armées nationales à la suite du harcèlement d’un résident du camp palestinien de Nahr el-Bared à Tripoli. Il semblerait également que des pressions aient été exercées sur des enfants réfugiés syriens dans les zones frontalières du Liban pour qu’ils rejoignent des groupes armés en République arabe syrienne. La rumeur selon laquelle des enfants seraient associés aux milices armées, en particulier à Tripoli et dans les environs, est largement répandue.

Du fait du nombre croissant de réfugiés syriens entrant au Liban, les enfants sont de plus en plus exposés aux mines terrestres et aux engins non explosés. Les bombardements transfrontières et les affrontements armés à l’intérieur du Liban exposent les enfants à de nouveaux dangers. Ces incidents, observés principalement à Tripoli et Wadi Khalid, dans le nord du Liban, ont provoqué la mort de 5 garçons et de 1 fille, âgés de 8 mois à 15 ans, et les mutilations de 2 filles et de 3 garçons âgés de 11 à 15 ans.

En mars 2012, des affrontements armés entre factions palestiniennes rivales se sont déroulés devant une école du camp palestinien d’Ein el-Hillweh, dans le district de Sidon, perturbant les classes. Lors de cet incident, des enfants âgés de 6 à 10 ans ont dû être évacués de l’école. À plusieurs reprises, en juillet, août, novembre et décembre 2012, les classes ont été perturbées dans le camp palestinien de Baddawi à cause d’affrontements armés dans les zones de Bab al-Tabbaneh et de Jabal Mohsen à Tripoli.