Pakistan

Information basée sur le rapport 2012 du Secrétaire général au Conseil de sécurité (A/67/845–S/2013/245) publié 15 mai 2013.

En 2012, le Pakistan a continué d’être le théâtre d’attaques lancées par des groupes armés utilisant des tactiques terroristes et associés aux Taliban ou à Al-Qaida, notamment le mouvement Tehrik-i-Taliban Pakistan (TTP), dans les zones tribales sous administration fédérale, et la province du Khyber Pakhtunkhwa, au Balouchistan et dans les centres urbains. Au cours de la période considérée, au moins 91 enfants auraient été tués et 137 blessés lors d’attaques inconsidérées contre des lieux publics, attribuées en particulier au TTP. Au total, 51 enfants auraient été tués par des engins explosifs artisanaux, l’explosion de bombes placées en bord de route et des attentats-suicides, 26 par des tirs de mortier et 14 par des mines terrestres et des munitions non explosées. Le 24 novembre 2012, par exemple, au moins quatre enfants auraient été tués par une bombe placée en bord de route lors d’une procession à Dera Ismail Khan, dans la province du Khyber Pakhtunkhwa. En outre, des attaques de drones auraient eu lieu dans certaines zones tribales du Pakistan. Aucune donnée exacte n’était disponible sur le nombre d’enfants victimes de ces attaques. Lors d’un incident, toutefois, au moins cinq enfants âgés de 4 à 12 ans auraient été blessés par un drone le 24 octobre 2012 dans le village de Tappi, dans le Waziristān-Nord. L’Organisation des Nations Unies n’ayant pas accès à ces régions, elle ne peut vérifier ces informations.

Le recrutement, la formation et l’utilisation par les Taliban d’enfants pour perpétrer des attentats-suicides, et notamment le TTP, dans les zones tribales frontalières entre le Pakistan et l’Afghanistan sont demeurés une préoccupation en 2012. Le 4 mai 2012, par exemple, un garçon de 15 ans bardé d’explosifs aurait commis un attentat-suicide dans un marché bondé au Bajaur, tuant 26 personnes et en blessant 75. Lors d’un autre incident, le 20 novembre 2012, un garçon de 13 ans venant du Khyber, également bardé d’explosifs, aurait été appréhendé et détenu par la police, ainsi que l’adulte qui le manipulait au moment où ils entraient à Peshawar. Aucun chiffre exact n’existe sur le nombre d’enfants actuellement détenus au Pakistan dans le cadre de la réglementation sur la sécurité. Le Gouvernement a toutefois indiqué que plus de 1 150 garçons avaient suivi des programmes de déradicalisation et de formation dans le district du Malakand, dans la province du Khyber Pakhtunkhwa. À la fin de 2012, 40 enfants arrêtés par les forces de sécurité pakistanaises pour association présumée avec des groupes armés, dont 23 appréhendés en 2012, se trouvaient encore dans le centre de réhabilitation et de réintégration pour enfants de Sabaoon.

Au cours de la période considérée, certains groupes armés opposés à l’enseignement laïc et à l’éducation des filles, notamment le TTP, ont pris de plus en plus pour cibles les écoles, les enseignants et les écoliers, en particulier les filles, les attaquant avec des engins explosifs artisanaux et tirant dessus à partir de véhicules en mouvement. Au total, 118 écoles, dont la plupart étaient des écoles primaires, auraient été endommagées ou détruites de la sorte dans la province du Khyber Pakhtunkhwa (77), les zones tribales sous administration fédérale (40) et au Balouchistan (1) lors de ce type d’attaques armées. Le 9 octobre 2012, des hommes armés du TTP ont tiré sur une écolière de 14 ans, Malala Yousafzai, et deux autres écolières qui rentraient de l’école à Mingora, dans la province du Khyber Pakhtunkhwa, et les ont grièvement blessées. Malala Yousafzai était connue en tant que militante protestant contre la fermeture obligatoire des écoles de filles par le TTP dans la vallée de Swat. S’agissant des attaques menées contre le personnel médical, 11 agents sanitaires administrant des vaccins contre la polio à des enfants ont été tués et quatre autres ont été blessés lors d’attaques ciblées en 2012. Neuf de ces agents de santé, dont une jeune fille de 17 ans, ont été tués lors d’une série d’attaques menées entre les 17 et 19 décembre 2012 à Karachi, Peshawar, Charsadda et Sindh.

En 2012, le Gouvernement a pris un certain nombre de mesures politiques et législatives pour mieux protéger les enfants, adoptant notamment une politique de protection de l’enfance dans les zones tribales sous administration fédérale et étendant la loi sur la protection et le bien-être des enfants dans le Khyber Pakhtunkhwa aux zones tribales sous administration provinciale.