Thailande

Information basée sur le rapport 2012 du Secrétaire général au Conseil de sécurité (A/67/845–S/2013/245) publié 15 mai 2013.

En 2012, le Gouvernement s’est efforcé de protéger les enfants qui ont toutefois continué d’être les victimes d’attaques indifférenciées menées par des groupes armés dans les provinces frontalières du sud de la Thaïlande : Yala, Pattani, Narathiwat et Songkhla. Du fait de ces attaques, qui ont compris des coups de feu provenant de véhicules en mouvement et des attentats à la bombe dans les lieux publics bondés, cinq enfants auraient été tués et au moins 48 blessés au cours de la période considérée. Lors d’un incident ayant eu lieu le 11 décembre 2012, un petit garçon de 11 mois a été tué et un de 10 mois blessé par des assaillants en voiture qui visaient un salon de thé dans le district de Rangae, province de Narathiwat. Les attentats à la bombe coordonnés à Yala et Hat Yai du 31 mars 2012 ont fait plus de 300 blessés parmi les civils, dont 16 enfants. Le Gouvernement mène l’enquête sur ces incidents.

Au cours de la période considérée, des groupes armés ont également continué de mener des attaques ciblées contre des écoles et des enseignants. En 2012, au moins 11 écoles ont été partiellement endommagées ou détruites lors d’incidents criminels ou d’attaques utilisant des engins explosifs artisanaux. Le 24 septembre 2012, une bombe a explosé à l’entrée de l’école 66 de Batu Mitrapap dans le district de Bacho, province de Narathiwat, blessant deux des directeurs de l’école. Lors d’un autre incident, l’école de Bang Maruat dans le district de Panare, province de Pattani, a été brûlée par des militants le 29 novembre 2012. En outre, en 2012, 11 attaques ciblées ayant fait six morts et huit blessés parmi les enseignants ont été recensées et un pic inquiétant enregistré lors du dernier trimestre de 2012. Le 22 novembre 2012, le directeur de l’école de Tha Kam Cham dans le district de Nong Chik, province de Pattani, a été tué. À la suite de cet incident, la Confédération des enseignants des provinces frontalières du sud a fermé 332 écoles de la région pendant 10 jours. Le 11 décembre 2012, des militants sont entrés dans l’école de Ban Ba Ngo dans le district de Mayo, province de Pattani, et tué le directeur de l’école et un enseignant devant les enfants. Quelque 1 200 écoles gouvernementales fréquentées par plus de 200 000 écoliers dans les quatre provinces ont été fermées de nouveau pendant deux jours pour des raisons de sécurité. Des soldats ont également été victimes de ces attaques. Depuis lors, le Gouvernement a redoublé d’efforts pour mener à bien les enquêtes et renforcé les mesures de sécurité.

La question de l’association informelle d’enfants avec des milices de défense des villages (Chor Ror Bor), qui leur confieraient des tâches similaires à celles des membres adultes, demeure préoccupante. À cet égard, le Gouvernement a mis en place une politique claire interdisant le recrutement d’enfants de moins de 18 ans par ces milices et rappelé à toutes les provinces qu’elles devaient respecter les dispositions de cette politique. La présence d’enfants dans les forces armées ou dans des groupes armés n’était pas encore explicitement érigée en infraction pénale par la législation nationale. Le Gouvernement modifie actuellement sa loi de 2003 sur la protection de l’enfance pour qu’elle incrimine de façon explicite la présence d’enfants au sein de forces ou de groupes armés.