Les rapports Machel

Le rapport Machel de 1996 sur l’”Impact des conflits armés sur les enfants”

En 1996, l’Assemblée générale des Nations Unies reçut un rapport qui fit date sur l’”Impact des conflits armés sur les enfants”. Rédigé par Mme Graça Machel, experte nommée par le Secrétaire général et ancienne Ministre de l’éducation du Mozambique, ce rapport décrivait les effets dévastateurs de la guerre sur les filles et les garçons. Il comprenait des recommandations concrètes visant à protéger les enfants lors des conflits armés. L’Assemblée générale a salué ce rapport dans sa résolution A/RES/51/77 et recommandé au Secrétaire général de nommer un Représentant spécial pour les enfants et les conflits armés. Cette étude demeure un des fondements de l’action menée pour protéger les enfants.

L’examen stratégique décennal de l’étude Machel

Pour marquer le dixième anniversaire du rapport Machel, le Bureau, l’UNICEF et d’autres organismes des Nations Unies ainsi que des ONG ont entrepris de faire le bilan des progrès réalisés depuis sa présentation. Le rapport qui en a résulté examinait la situation actuelle des enfants pris dans des conflits armés, notamment l’impact de l’évolution de la nature des conflits. Il décrivait également les étapes franchies depuis le rapport initial, par exemple l’adoption de normes internationale vigoureuses de protection des enfants, l’engagement actif de l’Assemblée générale comme du Conseil de sécurité qui avaient fait du problème une priorité, et le renforcement des stratégies et des programmes visant à protéger les enfants touchés par la guerre. Ce rapport mettait aussi en lumière les priorités de la décennie à venir et l’action qu’elles appelaient. En 2007, un résumé des principales conclusions de l’examen stratégique a été présenté à l’Assemblée générale, dans la deuxième partie du rapport que lui a présenté la Représentante spéciale du Secrétaire général (A/62/228).

Voix de jeunes en zones de conflit

Aux fins de l’examen décennal, les organismes des Nations Unies ont recueilli l’opinion et les recommandations de quelque 1 700 enfants et jeunes dans 92 pays. Leurs pensées et idées ont été recueillies dans le cadre de groupes de discussion et au moyen d’un questionnaire en ligne.;