Mali: Return to Peace and Stability Is Key to Preventing Grave Violations Against Children – SRSG for Children and Armed Conflict

The Special Representative of the Secretary-General for Children and Armed Conflict, Ms. Virginia Gamba, commended the willingness of the Government and all parties in Mali to end and prevent grave violations against children while reminding that it must be supported by a return to peace and stability and of State authority and basic services in all regions of Mali.

During her first mission to Mali, the Special Representative met with the Prime Minister, the Ministers of Foreign Affairs, Justice and Human Rights, and Education, as well as representatives from among others the Ministries of Women, Children and Family, Territorial Administration and Social Cohesion, Peace and National Reconciliation. She also met with the Presidents of the Truth, Justice and Reconciliation Commission and of the National Human Rights Commission, with the signatory parties to the 2015 Peace Agreement, the civil society and partners from the humanitarian community and the United Nations. She further engaged with the diplomatic community and representatives of regional organisations including the African Union, ECOWAS, the Joint Force of the G5 Sahel and the EUTM.

“The future of Mali and its peace and stability is intrinsically linked to the wellbeing and protection of its children and it is crucial to put an end to grave violations and increase prevention measures through available systems and mechanisms. It is also critical to ensure accountability for perpetrators and reparation for victims,” said the Special Representative.

She commended the Government for its efforts to strengthen the protection of children, including with its endorsement of the Safe Schools Declaration in February 2018 and urged for its swift implementation. “Also, I remain deeply concerned by the continued deterioration of the security situation which has led to the closure of over 900 schools, impacting hundreds of thousands of children,” she said.

During her meetings with the government, the Special Representative emphasized the importance of education for all children across Mali, as over 900 schools remained closed at the end of May 2019; the necessity of strengthening the legislative framework with, for example, the rapid adoption of a revised child protection code that will include provisions for children affected by conflict and will also criminalize the recruitment and use of all children under the age of 18, in accordance with the Convention on the Rights of the Child and its additional protocol, OPAC, that Mali ratified. She also emphasized that each child should be given the right to an identity through birth registration and supported the extension of free birth registration beyond the existing limited 30-day period. She further called for the adoption of a moratorium to register more than 100,000 children in the north of Mali who have not been registered yet. She also urged the Government to harmonize national laws with child protection standards, such as the draft loi sur les violences basées sur le genre and the Penal Code.

The Special Representative offered support to institutionalise and increase trainings to the Malian Defence and Security Forces on child protection and to partner with regional organisations involved in the sub-region, as part of a preventive regional strategy. “The protection of children in Mali and in the subregion should be an utmost priority, including during the conduct of joint military operations. As such, the child protection elements included in the Human Rights and IHL Compliance Framework of the joint Force of the G5 Sahel should be implemented including through the adoption of clear guidance on the transfer of children that may be captured during military operations,” she added.

In her discussions with the signatory armed groups, the Special Representative urged their leaderships to take immediate action and engage with the UN to release all children present in their ranks and to end the recruitment and use and other grave violations. She encouraged the Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) to fully implement its Action Plan signed with the United Nations in 2017 and called on the Platform and other armed groups to engage into similar process with the UN.

On 10 July, the Special Representative travelled to Mopti where she met with boy and girl victims of the recent wave of violence in central Mali as well as with representatives of the Peulh and Dogon communities. She expressed concerns at the increasing number of youths joining armed groups and militias and encouraged her interlocutors to help the stabilization and the prevention of violations by identifying community mechanisms that could be strengthened. She welcomed the recent agreement signed between the Government of Mali and the Dogon and Peulh communities to contain violence and emphasized the importance to include the protection of children in such agreements.

As the deprivation of liberty of children for their association with armed groups continues to be a concern in Mali, “their timely transfer to civilian child protection actors as well as alternatives to detention should be prioritized, in line with international instruments and the 2013 handover protocol signed between the Malian government and the United Nations on the transfer of children associated with armed forces and groups. Children should be primarily considered as victims of recruitment and use,” she said. She emphasized the importance of long-term and sustainable reintegration programmes and the crucial need to fully fund them.

The Special Representative welcomed the efforts from the International partners to support the children of Mali, including through the creation of a new Group of Friends of Children and Armed Conflict in the country, co-chaired by Belgium and Niger. Concurrently, she launched at country-level her new advocacy campaign “ACT to Protect Children Affected by Conflict” with the support of Malian authorities and the diplomatic community.

While the Special Representative expressed regrets that there were no child protection provisions in the 2015 Peace Agreement, she also expressed hope that such dispositions could be included in the implementation of the Accord, particularly in the DDR programme, and in the next discussions of the Comité de Suivi de l’Accord in August. “There is an opportunity and it must be seized,” she said. She called for the creation of a national prevention plan in line with Security Council 2427 and discussed this idea with the Prime Minister; she also suggested that Mali could lead a regional prevention plan with ECOWAS to prevent violations against children in the whole region.

The Special Representative commended the exceptional work done by child protection actors on the ground in often harsh conditions, including by UNICEF, MINUSMA and other civil society partners. She called on all parties to facilitate the access and the work of humanitarian actors in all parts of Mali and reminded that only peace can provide the full protection of children’s rights.

###

For more information, please contact:

Fabienne Vinet, Office of the Special Representative of the Secretary-General for Children and Armed Conflict, New York. Tel: +1 212 963-8285 vinet@un.org

###

Mali : Le retour à la paix et à la stabilité est essentiel pour prévenir les violations graves contre les enfants – RSSG pour les enfants et les conflits armés

La Représentante spéciale du Secrétaire général pour les enfants et les conflits armés, Virginia Gamba, a salué la volonté du gouvernement et de toutes les parties au Mali de mettre fin aux violations graves contre les enfants et de les prévenir, tout en rappelant que celle-ci devaient être accompagnée d’un retour à la paix et à la stabilité ainsi qu’à l’autorité de l’État et aux services de base dans toutes les régions du Mali.

Au cours de sa première mission au Mali, la Représentante spéciale a rencontré le Premier Ministre, les ministres des Affaires étrangères, de la Justice et des Droits de l’homme et de l’Éducation, ainsi que des représentants des ministères de la Femme, de l’Enfance et de la Famille, de l’Administration territoriale et des Affaires sociales et de la Cohésion, paix et réconciliation nationale. Elle a également rencontré les présidents de la Commission vérité, justice et réconciliation et de la Commission nationale des droits de l’homme, ainsi que les parties signataires de l’Accord de paix de 2015, la société civile et des partenaires de la communauté humanitaire et des Nations Unies. Elle a également eu plusieurs échanges avec la communauté diplomatique et des représentants d’organisations régionales, notamment l’Union africaine, la CEDEAO, la Force conjointe du G5 Sahel et l’EUTM.

« L’avenir du Mali, sa paix et sa stabilité étant intrinsèquement liés au bien-être et à la protection de ses enfants, il est crucial de mettre fin aux violations graves et d’intensifier les mesures de prévention grâce aux systèmes et mécanismes disponibles. Il est également essentiel que la responsabilité des auteurs de crimes soit poursuivie, de même que la réparation des victimes », a déclaré la Représentante spéciale.

Elle a félicité le gouvernement pour ses efforts visant à renforcer la protection des enfants, notamment en avalisant la Déclaration sur la sécurité dans les écoles en février 2018, et a insisté pour que celle-ci soit mise en œuvre rapidement. « Je reste en outre profondément préoccupée par la détérioration continue de la situation sécuritaire, qui a entraîné la fermeture de plus de 900 écoles, touchant des centaines de milliers d’enfants », a-t-elle déclaré.

Lors de ses entretiens avec le gouvernement, la Représentante spéciale a souligné l’importance de l’éducation pour tous les enfants du Mali, alors que plus de 900 écoles étaient toujours fermées à la fin mai 2019; la nécessité de renforcer le cadre législatif avec, par exemple, l’adoption rapide d’un code révisé de protection de l’enfance qui inclura des dispositions pour les enfants touchés par le conflit et criminalisera également le recrutement et l’utilisation de tous les enfants de moins de 18 ans, conformément à la Convention relative aux droits de l’enfant et son protocole additionnel, OPAC, que le Mali a ratifié. Elle a également souligné que chaque enfant devrait avoir le droit à une identité grâce à l’enregistrement des naissances et a soutenu l’extension de l’enregistrement gratuit des naissances au-delà de la période actuelle de 30 jours. Elle a également appelé à l’adoption d’un moratoire pour enregistrer plus de 100 000 enfants dans le nord du Mali qui n’ont pas encore été enregistrés. Elle a également exhorté le gouvernement à harmoniser les lois nationales avec les normes de protection de l’enfance telles que le projet de loi sur les violences fondées sur le genre et le code pénal.

La Représentante spéciale a offert son soutien pour institutionnaliser et renforcer les formations en matière de protection de l’enfance aux Forces de défense et de sécurité maliennes et pour établir des partenariats avec les organisations régionales impliquées dans la sous-région, dans le cadre d’une stratégie régionale préventive. « La protection des enfants au Mali et dans la sous-région devrait être une priorité absolue, y compris lors de la conduite d’opérations militaires conjointes. À ce titre, les éléments de protection des enfants inclus dans le cadre de conformité sur les droits de l’homme et le droit international humanitaire de la force conjointe du G5 Sahel devraient être mis en œuvre, notamment par l’adoption d’orientations claires sur le transfert d’enfants susceptibles d’être capturés au cours d’opérations militaires », a-t-elle ajouté.

Lors de ses entretiens avec les groupes armés signataires, la Représentante spéciale a exhorté leurs dirigeants à prendre des mesures immédiates et à coopérer avec l’ONU pour libérer tous les enfants présents dans leurs rangs et mettre fin au recrutement et à l’utilisation d’enfants et aux autres violations graves. Elle a encouragé la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) à mettre pleinement en œuvre son plan d’action signé avec les Nations Unies en 2017 et a invité la Plateforme et les autres groupes armés à engager un processus similaire avec l’ONU.

Le 10 juillet, la Représentante spéciale s’est rendue à Mopti où elle a rencontré des garçons et des filles victimes de la récente vague de violence dans le centre du Mali, ainsi que des représentants des communautés peulh et dogon. Elle s’est dite préoccupée par le nombre croissant de jeunes rejoignant des groupes armés et des milices et a encouragé ses interlocuteurs à contribuer à la stabilisation et à la prévention des violations en identifiant des mécanismes communautaires susceptibles d’être renforcés. Elle s’est félicitée de l’accord signé récemment entre le Gouvernement du Mali et les communautés Dogon et Peuhl pour contenir la violence et a souligné l’importance d’inclure des éléments de protection des enfants dans de tels accords.

Alors que la privation de liberté des enfants pour leur association avec des groupes armés demeure une préoccupation au Mali, « leur transfert en temps voulu aux acteurs civils de la protection de l’enfance, ainsi que des alternatives à la détention, devrait être une priorité, conformément aux instruments internationaux et au protocole de 2013 signé entre le gouvernement malien et les Nations Unies sur le transfert d’enfants associés aux forces et groupes armés. Les enfants devraient être d’abord considérés comme des victimes du recrutement et de l’utilisation », a-t-elle déclaré. Elle a souligné l’importance des programmes de réintégration durables et s’inscrivant dans la durée, et la nécessité de les financer entièrement.

La Représentante spéciale s’est félicitée des efforts déployés par les partenaires internationaux pour soutenir les enfants du Mali, notamment par la création d’un nouveau groupe d’amis des enfants et des conflits armés dans le pays, coprésidé par la Belgique et le Niger. Parallèlement, elle a lancé au niveau au Mali sa nouvelle campagne de plaidoyer « Agir pour protéger les enfants affectés par les conflits » avec le soutien des autorités maliennes et de la communauté diplomatique.

Bien que la Représentante spéciale regrette l’absence de dispositions relatives à la protection des enfants dans l’Accord de paix de 2015, elle a exprimé l’espoir que de telles dispositions puissent être incluses dans la mise en œuvre de l’Accord, en particulier dans le programme de DDR, lors des prochaines discussions du Comité de Suivi de l’Accord prévues en août. « Il y a une opportunité et il faut la saisir », a-t-elle déclaré. Elle a appelé à la mise en place d’un plan national de prévention, conformément à la résolution 2427 du Conseil de sécurité, et en a discuté avec le Premier ministre ; elle a également suggéré que le Mali soit à la tête d’un futur plan de prévention régional avec la CEDEAO pour prévenir les violations contre les enfants dans toute la région.

La Représentante spéciale s’est félicitée du travail exceptionnel accompli par les acteurs de la protection de l’enfance sur le terrain dans des conditions souvent difficiles, notamment par l’UNICEF, la MINUSMA et d’autres partenaires de la société civile. Elle a appelé toutes les parties à faciliter l’accès et le travail des acteurs humanitaires dans toutes les régions du Mali et a rappelé