Pakistan

Information présentée dans le rapport annuel du Secrétaire général sur le sort des enfants en temps de conflit armé (A/70/836–S/2016/360) publié le 20 avril 2016.

En 2015, le nombre d’attaques menées par des groupes armés au Pakistan a diminué de 48 % par rapport à 2014. La majorité des attaques ont été attribuées au TTP et ont principalement été perpétrées au Baluchistan. Le Gouvernement a continué de mener des opérations militaires contre des groupes armés au Waziristan du Nord tout au long de l’année 2015.

Selon certaines informations, des écoles religieuses auraient été utilisées par le TTP et d’autres groupes armés aux fins du recrutement et de la formation militaire d’enfants (voir S/2015/336).

Des enfants auraient été tués ou blessés à la suite d’attaques aveugles et de violences armées. Par exemple, le 4 janvier, quatre enfants ont été tués et 10 autres blessés dans l’explosion d’un engin improvisé durant un match de volley-ball dans la zone tribale sous administration fédérale d’Orakzai. En octobre, un attentat-suicide perpétré lors d’une procession religieuse à Jacobabad, dans la province de Sindh, a tué 18 enfants et en a blessé plus de 40 autres. De nouvelles attaques aveugles ont été commises début 2016, notamment le 27 mars à Lahore, où une forte explosion à la bombe revendiquée par une faction du TTP a tué 20 enfants.

Quatorze attaques ayant visé des établissements scolaires ont été recensées dans l’ensemble du Pakistan, soit une diminution de 65 % par rapport à 2014. Elles ont notamment détruit des écoles, dont des écoles de filles, et se sont produites pour la plupart dans des zones tribales sous administration fédérale (8), ainsi que dans les provinces du Sindh (4) et du Khyber Pakhtunkhwa (2).

En dépit de la poursuite des attaques visant le personnel sanitaire, l’accès du personnel humanitaire aux enfants, notamment celui des vaccinateurs antipolio, s’est amélioré dans les zones tribales sous administration fédérale. Toutefois, les attaques perpétrées à leur encontre se sont poursuivies et 11 personnes ont péri dans six d’entre elles. Ainsi, quatre membres d’une équipe de vaccination anti poliomyélite ont été tués après avoir été enlevés dans le nord du Baluchistan. En outre, 76 atteintes à la sécurité, dont 42 cas de menaces et d’intimidation à l’encontre de vaccinateurs antipolio, ont été signalées dans l’ensemble du Pakistan.

Je suis préoccupé par les informations selon lesquelles des enfants auraient été condamnés à mort par des tribunaux militaires pour actes de terrorisme. J’exhorte le Gouvernement à honorer les obligations qui lui incombent en vertu de la Convention relative aux droits de l’enfant, qui dispose que la peine capitale ne doit pas être prononcée pour les infractions commises par des personnes âgées de moins de 18 ans.