Thaïlande

Information présentée dans le rapport annuel du Secrétaire général sur le sort des enfants en temps de conflit armé (A/70/836–S/2016/360) publié le 20 avril 2016.

La violence a continué de sévir dans le sud de la Thaïlande, malgré la reprise du dialogue entre le Gouvernement et une organisation parapluie de groupes armés.

Aucun cas de recrutement et d’utilisation d’enfants n’a été signalé. Toutefois, d’après des informations émanant du Gouvernement, un groupe armé a formé de jeunes enfants de 13 ans et plus à l’utilisation d’armes dans la province de Narathiwat, au début du mois de janvier 2016. L’ONU a également reçu des informations faisant état de la détention d’enfants au motif de leur association présumée avec des groupes armés.

L’ONU a eu communication de renseignements selon lesquels 4 enfants ont été tués et 15 autres blessés dans des échanges de tirs et dans des attaques à l’engin explosif improvisé dans les provinces de Narathiwat, de Pattani et de Yala. Cela représente une nette diminution par rapport à 2014 (23 enfants tués et 65 blessés).

Des écoles et du personnel enseignant ont continué d’être la cible de groupes armés. Selon le Ministère de l’éducation, en novembre, deux enseignants et un élève ont été tués dans ce type d’attaques et un enseignant et deux élèves blessés. En outre, le 11 septembre, un attentat à la bombe à l’entrée d’une école communautaire de la province de Pattani a fait cinq blessés parmi des élèves âgés de 3 à 15 ans. Une enquête judiciaire est toujours en cours. Les autorités ont placé les enseignants sous escorte dans les régions touchées.

Je salue et encourage la poursuite du dialogue entre le Gouvernement et l’équipe de pays des Nations Unies sur le renforcement de la protection des enfants dans les provinces frontalières du sud et sur l’accès à ces zones, dans l’objectif de procéder de manière indépendante à la vérification et au signalement des violations qui seraient commises à l’encontre des enfants. En décembre, lors d’une consultation sur le processus de dialogue, organisée par le commandement des opérations de sécurité interne pour le sud de la Thaïlande, des organisations de la société civile et l’ONU ont évoqué la nécessité d’inscrire la question des enfants à l’ordre du jour du dialogue, afin de renforcer la protection des enfants dans le sud et j’appuie vivement cette initiative.