DRC: Children To Be Released From Armed Forces And Groups In The East

Français

New York, Kinshasa, 21 April 2009- "Recent developments have opened new opportunities for the release of child soldiers in the Democratic Republic of Congo," noted Ms. Radhika Coomaraswamy, Special Representative of the Secretary-General for Children and Armed Conflict during a press conference concluding her visit to the Democratic Republic of the Congo (DRC).

Since January 2009, about 1200 children have been released in the process of the accelerated integration of the Congrès National pour la Défense du Peuple (CNDP) and other armed groups into the National Army, the Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) in North Kivu. However, grave concerns remain that many children have passed through into the ranks of the newly integrated brigades, as the Special Representative witnessed first hand during her trip to Masisi, where the child protection team met with commanders of recently integrated Mai Mai militias, leading to the on-site release of four children. "Now, a similar integration is about to begin in South Kivu and authorities must guarantee that MONUC, UNICEF and child protection partners are part of the process and have access to the children," said Ms. Coomaraswamy.

In her meetings with the Minister of Defense and Army Generals, the Special Representative received commitments for an Action Plan to ensure the identification and release of children, implementation of preventive measures and access for monitoring and verification to ensure that children are not recruited. "The new Congolese army cannot afford to have children in its ranks and the integration process is a unique opportunity to identify and release them," stressed the Special Representative.

The Special Representative emphasized that the reintegration of these children into their families and communities remains a critical priority for the peace process. UNICEF and other child protection partners pointed out that there are significant gaps in reintegration funding, especially due to the large numbers of children recently released. "It is crucial that donors commit to multi year funding in line with the Paris Principles to ensure sustainability of child reintegration programmes, and that such resource commitments are flexible and delivered early," added UNICEF Representative Pierrette Vu Thi.

"Sexual violence remains one of the most critical concerns in the DRC, devastating the lives of thousands of girls," said Ms. Coomaraswamy. At a children's transit center in Masisi, she met with girls formerly associated with Mai Mai militias, who told her horrific stories of grave violations, including rape. The Special Representative welcomed the national comprehensive strategy to combat sexual violence developed under the coordination of the UN. She stressed the importance of national ownership of this initiative and has called on President Kabila to appoint a Special Envoy on sexual violence in the Presidency.

Impunity for grave violations against children continues to undermine the possibility of durable peace in the DRC. "Although the Government has taken some positive steps both in the military and civilian sectors to investigate and prosecute violators, such efforts need to be more systematic and include high profile perpetrators," stated Ms. Coomaraswamy. Representatives of civil society and of the Children's Parliament stressed the need to combat impunity as their central message for the Special Representative to convey to national authorities. "Children expressed a deep sense of hopelessness for the future when perpetrators escape accountability for their crimes," she added.

The Special Representative is also concerned about the protection of civilians, especially women and children in the context of the anticipated joint military operations against the Forces Démocratiques de Libération du Rwanda (FDLR) in South Kivu, known as Kimia II. She urged the FARDC and MONUC to ensure that civilians are protected during the operation. "The Minister of Defense committed to issue a directive to all FARDC commanders to respect International Humanitarian Law, and to reaffirm that they would be held responsible if grave violations against civilians occurred," announced Ms. Coomaraswamy.

The killing and maiming of civilians, as well as reprisals against communities, during and following similar military operations in the North led to massive internal displacement. "The IDP situation in eastern DRC remains one of the worst humanitarian crises in the world," said Ms. Coomaraswamy. The Special Representative visited an IDP camp of 14,000 people near Goma with more than half of the population in this camp being children living in dire circumstances. She stressed the need for additional financial support to ensure services for children including provision of emergency education and child-friendly spaces and activities.

The Special Representative also visited Dungu in the Province Orientale where close to 1000 people have been killed and nearly 300 children abducted since September 2008 in attacks by the Lord's Resistance Army (LRA). The activities of the LRA in DRC are an alarming recent development and the Special Representative was able to witness the consequences first hand. "Addressing this problem requires close coordination between Government Forces, MONUC and child protection partners for effective protection on the ground, as well as a concerted regional response," she said.

"The children of DRC have suffered enough. We must guarantee their security and continue to make their protection a central priority in military operations as well as peace-building efforts," concluded Ms. Coomaraswamy.

# # #

For further information, please contact:

Madnodje Mounoubai – Spokesperson/Porte-parole – MONUC Kinshasa – Ext: 175-6024 -Cellphone: +(243) (0) 81 890 7506 – E-mail: mounoubai@un.org

Ms. Rosalie Azar, Office of the Special Representative of the Secretary General for Children and Armed Conflict. Cellphone: +1347-967-8606– azarr@un.org – (travelling with Ms. Coomaraswamy)

Ms. Laurence Gérard, Communications Officer, Office of the Special Representative of the Secretary General for Children and Armed Conflict – +1212-963-0984– gerardl@un.org

New York/Kinshasa, 21 avril 2009 – "Les récents développements offrent des opportunités uniques pour la libération des enfants soldats en République démocratique du Congo", a déclaré Radhika Coomaraswamy, Représentante spéciale du Secrétaire général sur les enfants et les conflits armés durant la conférence de presse clôturant sa visite en République démocratique du Congo (RDC).

Depuis janvier 2009, 1200 enfants ont été libérés dans le cadre du processus d'intégration accéléré du Congrès National pour la Défense du peuple (CNDP) et d'autres groupes armés dans les Forces Nationales de la République démocratique du Congo (FARDC) dans le Nord Kivu. Cependant, de graves inquiétudes demeurent quant à la situation de nombreux enfants qui se sont retrouvés dans les rangs des nouvelles brigades intégrées. La Représentante spéciale a pu s'en rendre compte par elle-même lors de sa visite à Masisi, où quatre enfants ont été séparés sur place suite à des négociations entre les équipes de la protection de l'enfance et des commandants de groupes Mai Mai intégrés. "A présent, un processus similaire d'intégration va commencer dans le Sud Kivu et les autorités doivent garantir que la MONUC, l'UNICEF et les partenaires de la protection de l'enfance participent au processus et aient libre accès aux enfants ", a dit Radhika Coomaraswamy.

Pendant ses entretiens avec le Ministre de la Défense ainsi que des généraux de l'Armée nationale, la Représentante spéciale a reçu l'engagement des autorités à préparer un Plan d'action pour l'identification et la séparation des enfants ainsi que pour la mise en place de mesures préventives et de vérification garantissant l'accès aux enfants. "La nouvelle Armée congolaise ne peut se permettre d'avoir des enfants dans ses rangs, et le processus d'intégration est une opportunité unique pour les identifier et les libérer", a-t-elle ajouté.

La Représentante spéciale a insisté sur le fait que la réintégration dans leur famille et leur communauté des enfants séparés des forces et groupes armés doit rester une priorité du processus de paix. L'UNICEF et les partenaires de la protection de l'enfance ont souligné le manque de financement pour les activités de réintégration, notamment en raison du grand nombre d'enfants libérés récemment. "Il est essentiel que les bailleurs de fonds s'engagent sur des financements sur plusieurs années, en accord avec les Principes de Paris, afin d'assurer la durabilité des programmes de réintégration pour les enfants. Ces engagements financiers doivent être flexibles et octroyés rapidement", a ajouté Pierrette Vu Thi, Représentante de l'UNICEF.

"La violence sexuelle reste un terrible sujet d'inquiétude en RDC, car elle dévaste les vies de milliers de filles", a déploré Radhika Coomaraswamy. Au Centre de transit pour enfants à Masisi, elle a discuté avec des jeunes filles séparées des milices Mai Mai, qui lui ont raconté des histoires dramatiques de violations graves, y compris de viols. La Représentante spéciale a salué la stratégie nationale pour combattre les violences sexuelles mise sur pied sous l'égide des Nations Unies. Elle a insisté sur l'importance de l'appropriation nationale de cette initiative et en a appelé au Président Kabila pour qu'il nomme au sein de la Présidence un Envoyé spécial sur la violence sexuelle.

L'impunité en cas de violations graves commises contre les enfants continue de compromettre les chances de paix durable en RDC. "Même si le Gouvernement a pris des mesures considérables tant dans le domaine civil que militaire pour poursuivre les auteurs de violations graves, ses efforts doivent devenir plus systématiques et s'attaquer aussi à des personnalités publiques", a dit Radhika Coomaraswamy. Les représentants de la société civile et du Parlement des enfants, ont insisté pour que la lutte contre l'impunité soit le message principal communiqué par la Représentante spéciale aux autorités nationales. "Les enfants disent qu'ils perdront tout espoir en l'avenir si les auteurs de violations graves ne répondent pas de leurs crimes", a-t-elle ajouté.

La Représentante spéciale a aussi fait part de ses vives inquiétudes concernant la protection des civils et, surtout, des femmes et des enfants, dans le cadre de l'opération militaire Kimia II prévue contre les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) dans le Sud Kivu. Elle a exhorté les commandants des FARDC et la MONUC à garantir la protection des civils durant l'opération. "Le Ministre de la Défense s'est engagé à adresser une directive à tous les commandants des FARDC afin qu'ils respectent le droit international humanitaire, et leur rappelant leurs responsabilités en cas de violations graves contre les populations civiles", a annoncé Radhika Coomaraswamy.

Les assassinats et mutilations des populations civiles, ainsi que les représailles contre les communautés au cours d'opérations similaires dans le Nord Kivu ont conduit à des déplacements massifs de populations. "La situation des déplacés dans l'Est de la RDC reste une des pires crises humanitaires du monde", a déploré Radhika Coomaraswamy. La Représentante spéciale a visité un camp de 14.000 déplacés près de Goma, dont la moitié sont des enfants, vivant dans des conditions dramatiques. Elle a insisté sur l'urgence de soutien financier supplémentaire afin de répondre aux besoins des enfants, notamment par des programmes d'éducation d'urgence et par la création des espaces et des activités qui leur soient adaptés.

La Représentante spéciale s'est également rendue à Dungu dans la Province Orientale où près de 1000 personnes ont été tuées, et près de 300 enfants enlevés depuis septembre 2008 suite aux attaques de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA). Les activités de la LRA en RDC représentent une évolution récente alarmante comme a pu en témoigner directement la Représentante spéciale. "La solution à ce problème exige une coordination étroite entre les Forces gouvernementales, la MONUC et les acteurs de la protection de l'enfance, ainsi qu'une réponse régionale concertée," a-t-elle ajouté.

"Les enfants congolais ont assez souffert. Il faut garantir leur sécurité et continuer à faire de la protection de l'enfance une priorité centrale des opérations militaires et des efforts de consolidation de la paix", a conclu Radhika Coomaraswamy.

# # #

Pour plus d'informations, veuillez contacter:

Madnodje Mounoubai – Porte-parole – MONUC Kinshasa – Ext: 175-6024 -Cellulaire: +(243) (0) 81 890 7506 – E-mail: mounoubai@un.org

Rosalie Azar, Bureau de la Représentante spéciale pour les enfants et les conflits armés. Cellulaire: +1347-967-8606- azarr@un.org – (accompagne Radhika Coomaraswamy)

Laurence Gérard, Chargée de communication,, Bureau de la Représentante spéciale pour les enfants et les conflits armés – +1212-963-0984- gerardl@un.org Website: www.un.org/children/conflict