Central African Republic: Report Describes Children Victims of Relentless Violence in a Climate of Total Impunity

New York – The United Nations Secretary-General is “deeply troubled by the scale and nature of violations endured by children” in successive waves of violence in the Central African Republic. His third report on the situation of children affected by armed conflict in the Central African nation describes widespread violations and dreadful acts of violence against boys and girls committed between January 2011 and December 2015.

“At the height of conflict in 2013 and 2014, children were victims of relentless violence and appalling violations were committed in a climate of total impunity, aggravated by the collapse and disintegration of most State institutions,” said Leila Zerrougui, the Special Representative of the Secretary-General for Children and Armed Conflict.

Killing and maiming
The UN documented the killing of 333 children and maiming of 589 in brutal attacks targeting communities for reprisals or other motives. In successive waves of intercommunal violence fueled and manipulated by political leaders, children were targeted based on their religious affiliation. It is believed that hundreds more were killed and injured by machete, firearms and other weaponry, sometimes in a very brutal manner.

In a few particularly gruesome incidents documented in the report, children were beheaded, in one case leading to an outbreak of violence last Fall that killed and injured dozens more boys and girls.

Recruitment and use of children
In 2014, UNICEF estimated that between 6,000 and 10,000 children were associated with all parties to conflict. The United Nations documented a surge, leading to large-scale recruitment and use of children in 2013 and onwards, following the Government takeover by the Séléka and the rise of anti-Balaka self-defense militias.

The children were used as combatants, sex slaves, looters and in various support roles. At peaks of violence, they were seen in large numbers associated with the armed groups, and often erecting barricades and manning checkpoints. Boys and girls were consistently brutalized and the UN documented cases of children used as human shields or to lure international forces into ambushes.

Sexual violence
Over 500 cases of rape and other forms of sexual violence were documented by the UN since 2011. It is believed that sexual violence was widespread, but remained underreported.

Cases of rape and sexual violence on children committed by international forces and United Nations peacekeepers have also been documented. The Secretary-General has recently appointed Jane Holl Lute as part of a series on ongoing measures following the report of the High-Level External Independent Review Panel on Sexual Exploitation and Abuse by International Peacekeeping Forces in the Central African Republic. The Secretary-General is committed to closing institutional gaps, to ensure prevention, protection, accountability and more importantly the necessary assistance for all victims.

Attacks on schools and hospitals
The education and health systems, already fragile, were deeply affected by the conflict. Hundreds of thousands of children were deprived of their rights to education and basic health care. The UN verified 131 instances of schools and hospitals looted, burned, or attacked during confrontations between parties to the conflict. Teachers and medical personnel were threatened and killed and both schools and hospitals were used for military purposes.

Abductions
The abduction of boys and girls was another violation perpetrated by all parties to conflict during the reporting period. In addition to the Lord’s Resistance Army, responsible for the abduction of several children in the country’s eastern part, children abducted for ransom also became an increasingly lucrative activity from 2014 onwards.

The way forward to better protect girls and boys
The end of the transition and the election of a new President in February bring new opportunities to restore law and order, and to build a protective environment for children. To prevent repetition, accountability for perpetrators of grave violations against children must be a priority for the new elected authorities.

In the past two years, over 5,500 boys and girls have been released from armed groups. It is estimated that many more remain in the ranks of all parties to conflict. It will be important to ensure that all disarmament, demobilization and reintegration programmes developed take into account the large number of children who will require assistance as well as their specific needs.

“I call on all those who can make a difference to support the process of stabilization and to help provide essential assistance, including adequate reintegration programmes, education and health services, to a generation of boys and girls deeply affected by conflict,” said Leila Zerrougui.

As a new chapter of the country’s history is beginning, the Special Representative expresses the hope that children- the majority of the population – will be able to grow up in a land that better protects their rights.

###

Note to editors:

You can find the report of the Secretary-General on children and armed conflict in the Central African Republic here: http://www.un.org/ga/search/view_doc.asp?symbol=S/2016/133&Lang=E&Area=UNDOC

For additional information, please contact:
Stephanie Tremblay
Communications officer, Office of the Special Representative for Children and Armed Conflict
Office: +1 212 963 8285, Mobile: +1 917 288 5791, tremblay@un.org

**************

République Centrafricaine: Un nouveau rapport du Secrétaire-général décrit la violence incessante dont les enfants ont été victimes dans un climat d’impunité totale

New York – Le Secrétaire général des Nations Unies est “profondément troublé par l’ampleur et la nature des violations subies par les enfants” au cours de vagues successives de violence en République centrafricaine. Son troisième rapport sur la situation des enfants affectés par les conflits armés dans ce pays d’Afrique centrale décrit des violations généralisées et des actes de violence horribles commis entre janvier 2011 et décembre 2015 contre les garçons et les filles.

« En 2013 et 2014, au plus fort de la crise, les enfants ont été victimes de violations extrêmement graves commises dans un climat d’impunité totale, conséquence de l’effondrement et de la désintégration de la majorité des institutions de l’Etat”, a déclaré la Représentante spéciale du Secrétaire général pour les enfants et les conflits armés, Leila Zerrougui.

Meurtres et mutilations d’enfants
L’ONU a documenté le meurtre de 333 enfants et la mutilation de 589 autres dans des attaques brutales visant les communautés à des fins de représailles ou pour d’autres motifs. Au cours de vagues successives de violences intercommunautaires alimentées et manipulées par des dirigeants politiques, les enfants ont été ciblés en raison de leur appartenance religieuse. Les Nations Unies estiment que des centaines de garçons et de filles ont été tués ou blessés à la machette, par armes à feu et d’autres types d’armes, parfois de manière extrêmement brutale. Lors d’incidents particulièrement horribles documentés dans le rapport, des enfants ont été décapités. C’est d’ailleurs la décapitation d’un enfant, l’automne dernier, qui a déclenché une flambée de violence durant laquelle des dizaines de garçons et filles ont été tués ou blessés.

Recrutement et utilisation d’enfants
En 2014, l’UNICEF estimait qu’entre 6.000 et 10.000 enfants étaient associés à toutes les parties au conflit. Les Nations Unies ont documenté une nette augmentation, conduisant au recrutement et à l’utilisation d’enfants à grande échelle depuis la crise de 2013, plus particulièrement après la prise de pouvoir par les Séléka et la montée en puissance des milices d’auto-défense anti-Balaka.

Les enfants ont été utilisés comme combattants, esclaves sexuels, pour effectuer des pillages et dans divers rôles de soutien. Durant les pics de violence, ils ont été vus en grand nombre, associés aux groupes armés, et souvent utilisés pour ériger des barricades et garder des barrières (checkpoints). De nombreux garçons et filles ont été systématiquement brutalisés et les Nations Unies ont documenté des cas d’enfants utilisés comme boucliers humains ou pour attirer les forces internationales dans des embuscades.

Violences sexuelles
Plus de 500 cas de viols et autres formes de violences sexuelles ont été documentés par l’ONU depuis 2011. Il est estimé que les violences sexuelles ont été largement répandues en Centrafrique durant la période considérée, mais sous-documentées.

Le rapport rapporte également des cas de viol et violences sexuelles commis par des membres de forces internationales de maintien de la paix. Le Secrétaire général a récemment nommé Jane Holl Lute, dans le cadre d’une série de mesures mises en œuvre suite au rapport du Groupe d’étude externe indépendant de haut niveau sur l’exploitation et les abus sexuels par les forces internationales de maintien de la paix en République centrafricaine. Le Secrétaire général est déterminé à combler les lacunes institutionnelles, tout en assurant la prévention, la responsabilité judiciaire pour les auteurs de ces actes, ainsi que la protection et l’assistance aux victimes.

Attaques contre les écoles et les hôpitaux
Les systèmes d’éducation et de santé, déjà fragiles, ont été profondément affectés par le conflit. Des centaines de milliers d’enfants ont été privés de leurs droits fondamentaux à l’éducation et aux soins de santé de base. L’ONU a vérifié 131 cas d’écoles et d’hôpitaux pillés, brûlés, détruits ou attaqués lors d’affrontements entre les parties au conflit. Des enseignants et membres du personnel médical ont été menacés et tués. De plus, des écoles et hôpitaux ont été utilisés à des fins militaires.

Enlèvements
Les enlèvements de garçons et de filles sont une autre violation commise par toutes les parties au conflit au cours de la période considérée dans le rapport. En plus des enlèvements d’enfants commis par l’Armée de résistance du Seigneur à l’est du pays, le kidnapping d’enfants contre rançon est devenu une activité criminelle lucrative en Centrafrique depuis 2014.

Perspectives d’avenir pour améliorer la protection des enfants
La fin de la période de transition et l’élection d’un nouveau président en février constituent une opportunité pour rétablir les institutions de l’Etat, assurer le maintien de l’ordre, et construire un environnement protecteur pour les enfants. Pour éviter la répétition des violations, les nouvelles autorités élues devraient donner la priorité aux mesures visant à lutter contre l’impunité pour les violations graves contre les enfants.

Au cours des deux dernières années, plus de 5.500 garçons et filles ont été séparés des groupes armés. On estime que beaucoup d’autres enfants sont toujours dans les rangs de toutes les parties au conflit. Il est essentiel que les programmes de désarmement, de démobilisation et de réintégration développés tiennent compte du nombre important d’enfants qui auront besoin d’assistance, ainsi que de leurs besoins spécifiques.

« J’appelle tous ceux qui sont en mesure de le faire à soutenir le processus de stabilisation et à contribuer à fournir une aide essentielle à une génération de garçons et de filles profondément affectés par les crises successives qu’a connu la Centrafrique. Cette aide doit inclure des programmes de réintégration adéquats, et donner la priorité à l’éducation et à la santé », a déclaré Leila Zerrougui.

Alors qu’un nouveau chapitre de l’histoire du pays débute, la Représentante spéciale espère que les enfants, qui représentent la majorité de la population centrafricaine, grandiront dans un pays qui protège mieux leurs droits.

###

Vous pouvez lire le rapport du Secrétaire général sur le sort des enfants en temps de conflit armé en République centrafricaine ici: http://www.un.org/ga/search/view_doc.asp?symbol=S/2016/133&Lang=F&Area=UNDOC

Pour de plus amples informations :
Stephanie Tremblay, Bureau du Représentant spécial du Secrétaire général pour les enfants et les conflits armés, tremblay@un.org, Bureau: +1 212 963 8285, Portable: +1 917 288 5791, tremblay@un.org