The UN concerned over 53 children at risk of being retaken by the M23 in Nyiragongo Territory, North Kivu Province

Kinshasa, 10 June 2013 – The United Nations Organization Stabilization Mission in the Democratic Republic of the Congo (MONUSCO) and the Special Representative of the Secretary General for Children and Armed Conflict, Ms. Leila Zerrougui, are concerned by reports indicating that at least 53 children are at risk of being re-recruited by the M23 rebel group in Nyiragongo Territory, North Kivu Province, in the Democratic Republic of Congo.

“I strongly condemn the recruitment and use of children as well as other grave child rights violations committed by the M23 and other armed groups,” said Roger Meece, the Special Representative of the Secretary-General in the Democratic Republic of the Congo.

“I ask the M23 and other armed groups to immediately stop abusing children and I want to remind their leaders that they will be personally held accountable for any violations against children including the recruitment, re-recruitment or use of children in their ranks,” added Leila Zerrougui, the Special Representative of the Secretary-General for Children and Armed Conflict.

The 53 children were part of a group of at least 70 who were recruited by the M23 in Nyiragongo and Rutshuru territories. They escaped from the rebel group during clashes between Bosco Ntanganda and Sultani Makenga’s factions in February 2013. Since then, 17 have reportedly fled the area while the remaining 53 are still in hiding in several locations.

These children are not only at risk of being re-recruited by the M23, but could also face serious security threats. MONUSCO continues to receive worrying reports that members of the M23 are meeting local chiefs and requesting them to identify and handover combatants who have deserted from the group.

MONUSCO is doing its utmost to access these children to ensure their protection and reunite them with their families.

Mr. Meece and Ms. Zerrougui reiterate their joint commitment to ensure the full protection of children affected by the armed conflict in the east of the country in collaboration with the Government of the Democratic Republic of Congo, UN and NGO partners.

 

Les Nations Unies préoccupées par le sort de 53 enfants qui risquent d’être repris par le M23 dans la province du Nord-Kivu

Kinshasa, 10 Juin 2013 – La Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) et la Représentante spéciale du Secrétaire général pour les enfants et les conflits armés, Mme Leila Zerrougui, sont préoccupés par les informations selon lesquelles au moins 53 enfants risquent d’être recrutés à nouveau par le groupe rebelle M23 dans le territoire de Nyiragongo, dans la province du Nord-Kivu, en République démocratique du Congo.

“Je condamne fermement le recrutement et l’utilisation d’enfants et toutes autres violations des droits de l’enfant commises par le M23 et les autres groupes armés”, a déclaré Roger Meece, Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies en République démocratique du Congo.

“Je demande au M23 et aux autres groupes armés de cesser immédiatement leurs abus et je tiens à rappeler à leurs commandants qu’ils seront tenus personnellement responsables des violations commises contre les enfants, y compris le recrutement, le re-recrutement ou l’utilisation d’enfants dans leurs rangs” a, pour sa part, ajouté Leila Zerrougui, la Représentante spéciale du Secrétaire général pour les enfants et les conflits armés.

Les 53 enfants sus-mentionnés faisaient partie d’un groupe d’au moins 70 qui auraient été recrutés par le M23, dans les territoires de Nyiragongo et Rutshuru. Ils se sont échappés du groupe rebelle lors d’affrontements entre les factions de Bosco Ntaganda et Sultani Makenga, en Février 2013. Craignant d’être repris par les rebelles, 17 enfants auraient fui la région tandis que les 53 autres demeurent cachés.

Ces enfants risquent d’être à nouveau recrutés par le M23. Leur sécurité est également menacée. La MONUSCO continue de recevoir des rapports inquiétants indiquant que des membres du M23 rencontrent les chefs locaux et exigent qu’ils identifient et leur rendent les « déserteurs ».

La MONUSCO fait tout ce qui est en son pouvoir pour accéder à ces enfants afin d’assurer leur protection et les réunifier avec leurs familles.

M. Meece et Mme Zerrougui réitèrent leur engagement commun à assurer la pleine protection des enfants touchés par le conflit armé à l’Est du pays, en collaboration avec le Gouvernement de la République démocratique du Congo, l’ONU et les ONG partenaires.

 

Stephanie Tremblay
Communications Officer
Office of the Special Representative of the Secretary-General for Children and Armed Conflict
Office: +1 212 963 8285
Mobile: +1 917 288 5791
tremblay@un.org
Website:childrenandarmedconflict.un.org
Twitter:http://www.twitter.com/childreninwar
Facebook: https://www.facebook.com/childrenandarmedconflict/

 

Public Information Division /Office of Spokesperson and Media Relations
Madnodje Mounoubai, Porte – parole : mounoubai@un.org : +243 81 890 6024 ; mobile : +243 81 890 7605
Lt-Col Félix Prosper Basse, Porte-parole militaire : monusco-hq-mpiochief@un.org: +243 997 06 8873
Adèle Lukoki, Relations Médias : lukokiikola@un.org – tel. +243 81 890 7706