Les fillettes

Dans les situations de conflit armé, les filles sont vulnérables et risquent fort d’être victimes de violences et d’exploitation sexuelles. Une attention et une protection particulières doivent donc leur être accordées.

Vulnérabilité des filles

En temps de guerre, les filles sont violées et subissent d’autres formes de violences sexuelles qui portent atteinte à leur santé physique et mentale. Associées à des groupes armés, les filles peuvent être contraintes de se marier et sont exposées à des grossesses précoces. Souvent, même après qu’ils se sont engagés à libérer les enfants, les groupes armés refusent de laisser partir les filles, les retenant captives en tant qu’”épouses”. Lorsqu’elles ont vécu des années avec un groupe armé, les jeunes femmes peuvent décider elles-mêmes de rester en raison de liens familiaux de dépendance qui se sont créés au fil du temps. Ceci est encore plus vrai lorsque les filles sont rejetées par leurs propres communautés en raison de leurs liens avec un groupe rebelle, y compris la “souillure” résultant des viols qu’elles ont subis.

Besoins particuliers des filles

Très souvent, alors même que ce sont elles qui ont le plus besoin de soins et de services, les filles sont “oubliées” dans les programmes de réinsertion. La raison en est que nombre d’entre elles répugnent à se faire connaître, craignant d’être identifiées comme des “épouses de la brousse” et de voir leurs enfants qualifiés de “bébés rebelles”. Bien que les filles reçoivent progressivement davantage d’attention, tous ceux qui s’occupent de protéger les enfants, y compris le Bureau de la RSSG pour les enfants et les conflits armés, doivent s’efforcer de prêter davantage attention à leurs besoins particuliers au moyen de programmes de sensibilisation et de réinsertion efficaces.